Rejoignez la Compagnie Gestuelle sur Facebook !

Création 2019 -

 

 

« Connaître un moment créatif c’est pouvoir supporter une nouvelle origine du temps. Un nouvel instant zéro. L’origine du temps s’est éclatée et l’on recueille de petits éclats, de quoi changer de temps avec d’autres durées » Daniel Sibony

 

Intention

Ce projet est  la nécessité de désinhiber la pensée humaine, de côtoyer la contrainte physique,  de tendre une main vers l’inconnu et d’en percevoir sa portée. Le besoin de transmettre à autrui, la possibilité de trouver un cheminement par le langage du corps. Défier le  système despotique, en reprenant possession de notre chair, faire confiance à notre force mentale. L’environnement dans lequel nous vivons, cet écosystème perturbé, nous contraint à devoir appréhender une vie différente, nous projetant vers un avenir incertain.

pdftélécharger dossier

 

La chorégraphe

Son travail pédagogique technique, mêle mouvements nourrit d’outils urbains, et d’énergie

Jazz. Sa pratique est basée, sur de transfert du poids du corps,  la torsion, l’ondulation,  ponctuée par le flux d’énergie variable. Sa matière dansée devient déstructurée par l’influence d’une écriture contemporaine. Ces rencontres, sa force, donne l’accès à un langage corporel qui lui est propre et s’invente au-delà des critères de genre. Elle développe une danse  fluide,  organique sensible à l’espace  et au temps, qu’elle aime traduire par danse plurieLLe, à la fois synonyme de multiplicité des genres.

Après une formation en jazz au conservatoire et au PESMD de Bordeaux, Sabine Samba obtient une médaille d’argent en 1995 et son diplôme d’état en "danse jazz" en 1998. La même année elle part suivre une formation complémentaire au Centre Alvin Ailey Dance Theater de New York (Danse classique, technique Horton, Afro...) et y rencontre des pionniers de la danse hip hop, tel Rock Steddy Crew.  Elle travaille jusqu’en 2005 avec des chorégraphes issus des danses urbaines comme Hamid Benmahi et Antony Egea des compagnies Rêvolution et Hors Série,  et se perfectionne en même temps à la salsa cubaine. Elle devient experte de cette discipline en apprenant également les pas et mouvements traditionnellement assignés à l’homme dans le couple de salsa. En 2002, elle est pour la première fois danseuse interprète auprès du chorégraphe Faizal Zeghoudi lors du festival de Suresnes, Cité Danses.

Ouverte à tous les styles de danse sans exclusive, elle trouve dans la multiplicité des rencontres avec des créateurs aux sensibilités artistiques très différentes, son inspiration propre et sa langue à elle, qui nourrissent ses créations originales de chorégraphe. 

Sabine s’invente, au-delà des critères de genres, et créée son style : un langage corporel qui part d’une gestuelle académique, et se nourrit d’influences multiples, de la danse urbaine à l’écriture contemporaine. Elle conçoit une danse organique, harmonieuse, sensible au temps et à l’espace, qu’elle nomme « danse plurielle », reflet de son parcours et de son identité féminine. Elle s’épanouit dans un métissage gestuel où l’énergie, l’émotion et l’invention dépassent le champ  de la culture hip-hop. Son travail se nourrit d’une réflexion toujours teintée d’humour sur la place des interprètes féminins et pose en miroir des questions sur la représentation des relations homme-femme.

Sabine Samba a créé en 2004 la compagnie GestueLLe, qui compte déjà quatre spectacles à son répertoire : « Mademoiselle vous avez vu le film » (2005)  « Rétroviseur »(2007) « La part de l’autre »(2011)  « A cause d’un moment… »(2014)

En 2007, elle découvre aussi le théâtre et travaille comme comédienne avec les metteurs en scène, Eva Doumbia, Guy Lenoir, Jean-François Toulouse, Sébastien Laurier, Thierry Lutz, Rida Belghiat, Philippe Rousseau.

En 2018, elle a une nouvelle fois été choisie par Hamid Benmahi pour danser dans « IMMERSTADJE) et par  Faizal Zeghoudi pour sa prochaine création « on n’a jamais vu une danseuse étoile noire à l’Opéra de Paris ». Elle aussi cette même année, interprète au sein de a compagnie « Mémoires Vives » et joue dans le spectacle « Récital aux enfers » d’après l’œuvre de Germain Tillon.

 

Lire la suite